Lecture: Comptine mortelle

CVT_Comptine-mortelle_48

Je connaissais Anthony Horowitz grâce à « La maison de soie » qui m’avait bien plu. C’est donc sans hésitation que j’ai emprunté son dernier roman lors de mon dernier passage à la bibliothèque.

Résumé: Alan Conway est un auteur à succès. Les lectuers vénèrent son détective, Fidèle Staupert, et raffolent de ses enquêtes dans la campagne anglaise, véritables hommages à l’âge d’or des romans d’énigme et à la reine du crime, Agatha Christie. plus les fans achètent, plus son éditrice, Susan Ryeland, sourit. Mais le dernier roman de Conway n’est pas comme les autres. En s’y plongeant, Susan découvre que le manuscrit dissimule une bien sombre énigme et qu’il ne s’agit cette fois pas d’une fiction. Son auteur est en danger et Susan, éditrice devenue détective à son tour, doit déchiffrer le puzzle de cette comptine mortelle avant qu’il ne soit trop tard…

Petite précision pour commencer: j’ai trouvé que ce résumé n’était pas du tout conforme à l’histoire. Il laisse penser que Susan peut en résolvant l’énigme du roman sauver son auteur, ce qui n’est pas du tout le cas. L’auteur meurt au début du livre, laissant à son éditrice avec un roman inachevé, et c’est en cherchant les pages manquantes que Susan va tenter de résoudre l’énigme de la mort d’Alan.

Ceci étant dit, j’ai beaucoup apprécié ce roman qui nous tient en haleine. On démarre, comme Susan, par la lecture du dernier roman d’Alan Conway….jusqu’à l’avant dernier chapitre. Et comme Susan, on est frustré par le manque des dernières pages. Il faut reconnaître que « L’épitaphe de la pie » se suffirait à lui même, digne successeur des romans d’Agatha Christie ou Patricia Wentworth: un détective affublé d’un acolyte pas très malin, un village anglais où tout le monde a ses petits secrets, un aristocrate tué…. Alors bien évidemment, on tourne les pages sans hésitations pour accompagner Susan dans sa quête des pages manquantes! Et c’est alors qu’elle va se retrouver mêlée à une enquête dans la vie réelle, où les protagonistes ressemblent parfois étrangement aux personnages des romans de Conway…

Cette idée du roman dans le roman est très intéressante, et si l’enquête de Susan ne s’apparente que de loin aux enquêtes des véritables détectives, les analyses que cela lui permet de faire sur les romans de l’auteur (et nous avec) m’ont encore plus donné envie de découvrir les autres tomes de la série des Fidèle Staupert… qui malheureusement n’existent que dans l’imagination des lecteurs d’Horowitz! C’est là toute la force de ce roman qui nous emmène dans son univers, comme si nous étions vraiment aux côtés de Susan.

J’ai été un peu déçue finalement par la résolution de l’enquête de Susan, mais pas du tout par la lecture du roman dans sa globalité. Je n’en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de cette lecture que je vous recommande!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s